Un peu d'histoire

Toponymie

Le toponyme Monassut est mentionné en 1372 (contrats de Luntz) et apparaît sous la forme Monassud (1777, terrier de Gerderest). L'étymologie vient d'un sobriquet gascon qui indique le caractère renfrogné d'une parsonne.

Le toponyme Audiracq, village de Monassut, apparaît sous la forme Audirac (1385, censier de Béarn). Audiracq est issu du nom d'homme latin Alterius, qui, accolé au suffixe locatif -acum, renvoie au "domaine d'Alterius".


Histoire

Installés dans les confins du Vic-Bilh, les villages de Monassut et Audiracq portent des traces d'occupation humaine préhistorque.

Un camp entouré de deux enceintes a été mis au jour sur le territoire de la commune. Cet ensemble, qui s'étend sur plus d'un hectare de superficie, est encerclé par des fossés. Il reste également un important tumulus, dit du Tourucous, dont le dolmen  central est rasé en 1963.

Paul Raymond note que Monassut et Audiracq comptaient toutes les deux une abbaye laïque, vassale de la vicomté de Béarn. En 1385, Monassut, Audiracq et Gerderest formaient une seule commune et les trois paroisses comptaient ensemble vingt-cinq feux et dépendaient du bailliage de Lembeye.

L'unification des bourgs de Monassut et d'Audiracq s'est faite en 1833.

Lors de la seconde guerre mondiale en juillet 1944, le centre bourg de Monassut se voit le théâtre de sanglants conflits où meurent douze maquisards. Une commémoration a lieu chaque année à la date anniversaire, associée à celles d'Higuères-Souye et de Morlaàs-Berlanne. Le récit de ce tragique épisode est contenu dans le livret ci-après.


Patrimoine civil

Les vestiges d'un ensemble fortifié à Monassut-Glizias (haut Moyen Âge, Xe et XIe siècles) témoignent du passé ancien de la commune.

À Audiracq, le château était initialement une abbaye laïque et date du haut Moyen Âge. Ramon, seigneur d'Audiracq, prête hommage à Gaston Fébus en 1364. Il est le seigneur de l'Abbaye laïque, qui est située à proximité de l'église, et dont il prélève la dîme. Odet d'Audiracq est abbé du dit lieu en 1538. On peut suivre la trace des abbés laïques d'Audiracq au fil des siècles : Odet d'Audiracq (1538), Ramonet d'Ostabent (1546), Isaac de Bourdiu (1616), Isaac de Lafargue (1639), famille Belloc (1741), Lasserre (1764), Jean-Baptist  de Ribeaux (1778) et Jean-Baptiste Dupoey (1786).Probablement détruit lors des guerres de religion, l'édifice est reconstruit en grande partie à la fin de XVIe siècle. De cette époque de remaniement, on peut encore observer les cheminées.

La demeure du lieu-dit Menjot, sur Monassut, également appelée château était également une abbaye laïque et fut transformée au XIXe siècle.

La ferme de Monassut-Moussirotte date du début du XIXe siècle tout comme celle d'Audiracq appelée Maison Laporte.


Patrimoine religieux

L'église Saint-Martin à Monassut, date de la fin du XIXe siècle. Elle recèle une cloche, un tableau et des fonts baptismaux inscrits à l'inventaire général du patrimoine culturel.

L'église ou chapelle de l'Assomption-de la-Bienheureuse-Vierge-Marie à Audiracq date, quant à elle, du haut Moyen Âge. On y trouve également du mobilier, des verrières et des objets référencés par le ministère de la Culture.